Partager cet article :
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Nous avons tous fait l’expérience d’être plongé dans la lecture d’un bon roman. A tel point que notre esprit semblait ailleurs, parti dans un état second. L’état hypnotique s’apparente à cet état de conscience où l’on perçoit la réalité autrement.

Milton Erickson répétait souvent que notre inconscient est un immense réservoir de sagesse, de connaissances, de possibilités  d’apprentissages et de compréhension et qui nous protège.

Découvrez maintenant l’hypnose ericksonienne et le thérapeute « hors du commun » que fut Milton Erickson !

QUI FUT MILTON ERICKSON ?

milton-erickson-hypnose

Milton Erickson (1901-1980), psychiatre américain, révolutionna l’hypnose et la modernisa en lui retirant ses composantes dirigistes.

Loin des images stéréotypées du fameux « Dormez, je vous l’ordonne », il respecta au contraire profondément la personne qu’il abordait, grâce à  une approche souple, indirecte et non dirigiste.

Milton Erickson fut un homme extraordinaire par ses méthodes de travail utilisées, mais plus encore par sa manière de vivre et les moyens qu’il  utilisa de très longues années pour lutter contre les douleurs physiques impitoyables dont il souffrait.

Né daltonien, dyslexique, insensible aux rythmes musicaux, il fait preuve d’une extraordinaire ingéniosité pour monopoliser ses ressources afin de pallier ses handicaps.

A 17 ans, il est atteint d’une première attaque de poliomyélite qui le laisse dans une paralysie quasi-totale. D’une trempe exceptionnelle, il passe des mois à observer ceux qui l’entourent, et en particulier sa sœur qui apprend à marcher.
Il découvre qu’il peut stimuler ses muscles par ce qu’il appellera plus tard l’auto-hypnose.
Il avait mis au point une méthode de concentration mentale sur un mouvement minimal, recommençant sans cesse ce mouvement.
Moins d’un an après, il fait un périple de 2000 km en canoë.

Devenu médecin psychiatre, il révolutionne l’hypnose par son approche.
L’originalité du travail de Milton Erickson est l’orientation de son travail vers une démarche allégée des théories et des dogmes, et dirigée vers la « rencontre des besoins de la personne », et la recherche d’une solution.
Seul le patient est réel, il est unique. Au thérapeute de s’adapter à chacun, d’entrer dans le monde du patient et non l’inverse.

« Vous ne contrôlez pas le comportement d’autrui, expliquait-il à ses confrères. Vous apprenez à le connaitre, vous l’aidez en le dirigeant de telle façon qu’il rencontre ses besoins. Le but est son bien-être. »
C’est de l’hypnose ericksonienne que sont issues les thérapies pragmatiques, brèves comme les thérapies familiales, les thérapies stratégiques brèves, les thérapies solutionnistes et la programmation neuro-linguistique (PNL).

 

NOTRE INCONSCIENT : « RESERVOIR DE SAGESSE » !

309589221_c50a2008f6

Pourquoi dit-on que l’inconscient est un immense réservoir de connaissances, de possibilités d’apprentissage et de compréhension, et qu’il nous protège ?

 

Tout au long de notre vie, chaque expérience nouvelle est traitée pour trouver sa place dans des « cadres de référence ». La personne les bâtit tout au long de son histoire pour y référer ses expériences et leur donner un sens. Les circonstances de la vie vont stimuler perpétuellement la création par l’inconscient de nouveaux cadres de référence.
C’est dans l’inconscient que se trouve l’intuition créative, la création continue et harmonieuse de nouveaux cadres. Il ne laisse filtrer à la conscience que les informations nécessaires.
Il est donc le réservoir de l’apprentissage et de la mémoire.
Il est une force présente en chacun de nous et il est ainsi possible de l’utiliser.

L’inconscient est aussi le dépositaire des buts profonds et permanents de la personne. Il protège le corps et le mental  avec ses moyens, pas toujours avec des solutions qui conviennent au conscient (création de symptômes, amnésie par exemple lors d’un traumatisme).

 

D’ailleurs, les travaux actuels des neuroscientifiques (Michel Le Van Quen en particulier) montrent que nous n’utilisons que seulement 10% des capacités du cerveau, et que notre cerveau peut évoluer à tout âge grâce au renforcement des circuits cérébraux.
Nous pouvons tous renforcer nos circuits cérébraux grâce à l’entrainement mental. Le seul fait d’imaginer que l’on accomplit une tâche transforme notre cerveau (grossissement de la zone corticale motrice responsable de cette tâche).
C’est ce que faisait Milton Erickson pour réapprendre à marcher à 17 ans, en auto-hypnose !

QUELS SONT LES ROLES DE NOTRE INCONSCIENT ?
COMMENT COMMUNIQUER AVEC LUI ?

Notre inconscient a trois rôles fondamentaux :

  1. S’occuper du corps : C’est lui qui gère le fonctionnement du corps du mieux possible (système immunitaire, douleur, cicatrisation…). D’où l’utilisation courante de l’hypnose en anesthésie.
  2. Etre un réservoir d’apprentissages, de possibilités de connaissances et de compréhensions.
  3. Protéger le corps et le mental. Nous communiquons et entrons en contact avec notre inconscient grâce à l’état de transe hypnotique. Cet état, qui ouvre les portes de l’inconscient, n’est possible que si le conscient donne son accord car c’est ce dernier qui, la plupart du temps, garde les portes de l’inconscient fermées.
    Considérée sous cet angle, l’hypnose tient lieu de serrurier, mandaté par le propriétaire, pour ouvrir la porte de l’inconscient, qui recèle tant de richesses !

L’état de transe hypnotique a été décrit par Erickson comme « une focalisation d’attention sur l’intérieur de façon à lâcher l’extérieur ». Le fait est que sans le savoir, nous vivons tous de façon physiologique cet état de transe hypnotique, environ toutes les 90 minutes, en raison de nos rythmes biologiques.
Qui n’a pas oublié le monde environnant lors de la lecture d’un roman, ou à l’écoute d’un orateur passionnant, ou tout simplement perdu dans une rêverie  au lieu de démarrer quand le feu passait au vert ?
Lors de l’hypnose, c’est donc le sujet qui s’installe de lui-même, guidé par le praticien, dans l’état hypnotique qui lui convient le mieux, qui lui est le plus confortable afin de pouvoir communiquer avec toutes les ressources de son inconscient.

L’hypnose ericksonienne, c’est l’association de l’élégance, du respect et de l’efficacité !

Sources :

– L’hypnose ericksonienne. Sylvie Tenenbaum.  InterEditions. 3ème édition 2014.
– Thérapies brèves. Dominique Megglé. Le Germe.2011
– Les pouvoirs de l’esprit. Michel Le Van Quyen. Flammarion.
www.hypnose-ericksonienne.com
– photos : milton-erickson-hypnose.com

Ces articles pourraient vous intéresser